Combien coute un vélo de route ou un vélo de contre-la-montre du Tour de France ?

Les vélos utilisés lors du Tour de France sont des machines de pointe avec des composants haut de gamme très coûteux. Un cadre en fibre de carbone haut de gamme pour un vélo de route du Tour de France peut coûter entre 4000 et 6000 euros, tandis qu'une paire de roues carbones aérodynamiques peut atteindre 5000 euros.

Les composants essentiels des vélos de route du Tour de France

Les vélos utilisés par les coureurs professionnels lors du Tour de France sont de véritables bijoux technologiques. Chaque composant est soigneusement sélectionné pour offrir les meilleures performances, tout en respectant les réglementations de l'Union Cycliste Internationale (UCI). Plongeons dans les détails de ces machines d'exception.

Le cadre : légèreté et rigidité

Le cadre est l'élément central d'un vélo de route. Sur le Tour de France, la plupart des équipes optent pour des cadres en fibre de carbone, alliant légèreté et rigidité. Ces cadres haut de gamme peuvent coûter entre 4000 et 6000 euros. Par exemple, le Pinarello Dogma F12 de l'équipe Ineos Grenadiers est réputé pour son excellente transmission de la puissance.

Le groupe : précision et fiabilité

Le groupe, composé des dérailleurs, de la cassette, des manivelles et des freins, est un autre élément essentiel. Les équipes du Tour de France font confiance à des marques comme Shimano, SRAM ou Campagnolo. Les groupes électroniques, comme le Shimano Dura-Ace Di2 ou le SRAM Red eTap AXS, sont de plus en plus populaires pour leur précision de changement de vitesse. Un groupe haut de gamme peut coûter entre 2000 et 4000 euros.

Les roues : aérodynamisme et performance

Les roues jouent un rôle crucial dans la performance d'un vélo. Les équipes recherchent des roues aérodynamiques, rigides et légères. Des marques comme Roval, Campagnolo ou Shimano proposent des roues en carbone qui peuvent coûter jusqu'à 5000 euros la paire. L'équipe UAE Team Emirates, par exemple, utilise des roues Campagnolo Bora Ultra WTO.

Les pneus : adhérence et résistance

Les pneus sont le seul point de contact entre le vélo et la route. Les coureurs du Tour de France utilisent des pneus tubulaires ou des pneus sans chambre à air (tubeless) pour réduire les risques de crevaison et améliorer l'adhérence. Des marques comme Continental, Vittoria ou Specialized fournissent des pneus haute performance qui peuvent coûter entre 50 et 100 euros pièce.

Les accessoires : confort et aérodynamisme

Enfin, les accessoires comme la selle, le guidon et la potence sont choisis pour optimiser le confort et l'aérodynamisme. Une selle haut de gamme comme la Fizik Antares R1 peut coûter environ 200 euros, tandis qu'un guidon en carbone comme le Vision Metron 5D peut avoisiner les 400 euros. En additionnant le coût de tous ces composants, il n'est pas rare qu'un vélo de route utilisé sur le Tour de France dépasse les 10 000 euros. Cependant, chaque gramme gagné et chaque watt économisé peuvent faire la différence entre la victoire et la deuxième place sur la ligne d'arrivée des Champs-Élysées.

Les vélos de contre-la-montre : coût et spécificités

Les vélos de contre-la-montre utilisés lors du Tour de France sont des machines de haute technologie, conçues pour offrir les meilleures performances en termes de vitesse et d'aérodynamisme. Ces vélos sont le fruit d'un travail minutieux de recherche et développement, impliquant des essais en soufflerie et l'utilisation de matériaux de pointe.

Un aérodynamisme poussé à l'extrême

L'objectif principal des vélos de contre-la-montre est de réduire au maximum la traînée aérodynamique. Pour cela, les cadres sont profilés de manière à offrir la meilleure pénétration dans l'air. Les câbles sont intégrés dans le cadre pour éviter les turbulences, et les roues sont également optimisées pour l'aérodynamisme. Les essais en soufflerie sont cruciaux dans le développement de ces vélos. Les ingénieurs testent différentes configurations pour trouver le meilleur compromis entre l'aérodynamisme et la maniabilité. Ces essais coûtent cher, mais ils sont indispensables pour obtenir les meilleures performances.

Des composants haut de gamme

Les vélos de contre-la-montre sont équipés de composants de première qualité. Les groupes électroniques, comme le Shimano Dura-Ace Di2 ou le SRAM Red eTap AXS, sont privilégiés pour leur précision et leur fiabilité. Les roues, souvent en carbone, sont conçues pour être à la fois légères et aérodynamiques. Les roues arrière peuvent coûter plus de 3000 euros à elles seules. Les prolongateurs, qui permettent aux coureurs d'adopter une position aérodynamique, sont également l'objet de toutes les attentions. Certains sont imprimés en 3D sur mesure pour s'adapter parfaitement à la morphologie du coureur.

Des prix qui atteignent des sommets

Compte tenu de toutes ces technologies, il n'est pas surprenant que les vélos de contre-la-montre soient parmi les plus chers du marché. Le Pinarello Bolide F, utilisé par l'équipe Ineos Grenadiers, peut atteindre 34 000 euros dans sa configuration la plus haut de gamme, avec des prolongateurs imprimés sur mesure. Tadej Pogacar, double vainqueur du Tour de France, utilise un Colnago K.One en contre-la-montre, dont le prix avoisine les 16 000 euros. Quant à Filippo Ganna, le champion du monde de la spécialité, il fait confiance au Pinarello Bolide HR, un modèle développé spécifiquement pour le contre-la-montre, dont le prix dépasse les 15 000 euros. Les vélos de contre-la-montre du Tour de France représentent ce qui se fait de mieux en termes de technologie et de performance. Leur coût élevé reflète le niveau d'expertise et de recherche nécessaire pour développer ces machines d'exception, capables de faire la différence sur les étapes chronométrées de la Grande Boucle.

Les variations de prix selon les équipes et les sponsors

Coûts des vélos par équipe Tour de France   Le coût des vélos utilisés par les équipes du Tour de France varie considérablement en fonction des accords de sponsoring et des partenariats entre les équipes et les fabricants de vélos. Ces accords influencent directement le prix final des machines, certaines équipes bénéficiant même de vélos entièrement gratuits grâce à leurs sponsors.

Des vélos gratuits pour certaines équipes grâce aux sponsors

Plusieurs équipes du Tour de France ont la chance de ne rien débourser pour leurs vélos de compétition. C'est le cas notamment de l'équipe Soudal-Quick Step, sponsorisée par la marque Specialized. Les coureurs de cette formation roulent sur des Specialized S-Works Tarmac SL7, des vélos haut de gamme d'une valeur de 14 500 euros. Grâce à l'accord de sponsoring, l'équipe dispose de ces machines gratuitement. Un autre exemple est celui de l'équipe Jumbo-Visma, qui bénéficie d'un partenariat avec la marque Cervélo. Les coureurs, dont le vainqueur du Tour de France 2022 Jonas Vingegaard, utilisent des Cervélo R5 et S5, des vélos dont le prix public avoisine les 12 000 euros. Là encore, grâce au sponsoring, l'équipe n'a pas à payer pour ces montures.

Des vélos à plus de 15 000 euros pour d'autres équipes

Toutes les équipes n'ont cependant pas la chance d'avoir des vélos entièrement sponsorisés. Certaines doivent acheter leurs machines, même si elles bénéficient souvent de tarifs préférentiels. C'est le cas de l'équipe UAE Team Emirates, dont le leader Tadej Pogačar roule sur un Colnago V4RS. Ce vélo, l'un des plus chers du peloton, est vendu au public à partir de 16 000 euros. L'équipe Ineos Grenadiers, connue pour son budget conséquent, fait confiance à la marque italienne Pinarello. Leurs coureurs, comme Egan Bernal ou Geraint Thomas, utilisent des Pinarello Dogma F, des vélos dont le prix de base est de 15 000 euros. Même si l'équipe bénéficie probablement de réductions, l'investissement reste conséquent.

Des coûts supplémentaires liés à la personnalisation

Au-delà du prix de base des vélos, les équipes doivent aussi prendre en compte les coûts liés à la personnalisation et aux réglages spécifiques pour chaque coureur. Les vélos sont adaptés à la morphologie et aux préférences de chaque athlète, ce qui implique des ajustements sur mesure. Par exemple, certains coureurs optent pour des prolongateurs de cintre imprimés en 3D, parfaitement moulés à leurs avant-bras. D'autres demandent des selles spéciales ou des composants plus légers. Toutes ces personnalisations ont un coût, qui peut rapidement faire grimper la facture finale de plusieurs milliers d'euros par vélo.
Équipe Marque de vélo Modèle Prix public (en euros)
UAE Team Emirates Colnago V4RS 16 000
Ineos Grenadiers Pinarello Dogma F 15 000
Soudal-Quick Step Specialized S-Works Tarmac SL7 14 500
Jumbo-lease a bike Cervélo R5 / S5 12 000

Acheter un vélo du Tour de France : options et prix

Pour les passionnés de cyclisme qui rêvent de rouler sur les mêmes vélos que les champions du Tour de France, il existe plusieurs options intéressantes. Bien que les vélos utilisés par les pros sur la Grande Boucle soient hors de prix pour la plupart des amateurs, il est possible de s'offrir des modèles très similaires, voire identiques, à des tarifs plus abordables.

Vélos reconditionnés des saisons précédentes

Une première possibilité est d'acheter un vélo reconditionné ayant été utilisé lors des éditions précédentes du Tour de France. Des sites spécialisés comme Bike Room proposent régulièrement ce type de machines, remises en état par des professionnels. Les prix varient en fonction des modèles et de leur ancienneté, mais il faut généralement compter entre 5000 et 10 000 euros pour un vélo haut de gamme. Par exemple, un Canyon Aeroad CFR, comme celui utilisé par Mathieu Van der Poel en 2022, peut être disponible à partir de 8500 euros en occasion. C'est certes un budget conséquent, mais cela reste bien inférieur au prix du neuf qui dépasse les 12 000 euros pour ce modèle.

Ventes aux enchères de vélos mythiques

Une autre option pour les collectionneurs est de guetter les ventes aux enchères organisées après le Tour de France. Certains vélos ayant marqué la course par leurs performances ou leur histoire y sont parfois proposés. Ainsi, en 2023, le dernier vélo utilisé par Thibaut Pinot sur le Tour (un Lapierre Xelius SL) a été adjugé pour la somme de 12 600 euros. Bien sûr, ces montants peuvent grimper bien plus haut pour des machines d'exception. En 2019, le vélo de contre-la-montre de Julian Alaphilippe avait ainsi été vendu 19 050 euros !

Acheter le même modèle neuf

Enfin, les amateurs qui souhaitent un vélo flambant neuf identique à ceux du peloton professionnel ont la possibilité de se le procurer auprès des fabricants. La plupart des marques proposent en effet à la vente les modèles utilisés par leurs équipes sur le Tour de France, avec des montages et des coloris spécifiques. Il faut alors s'attendre à des tarifs élevés, généralement compris entre 10 000 et 15 000 euros. Voici quelques exemples de prix publics pour les "vélos du Tour" en 2023 :
  • Specialized S-Works Tarmac SL7 (Soudal Quick-Step) : 14 000 €
  • Pinarello Dogma F (Ineos Grenadiers) : 15 000 €
  • Colnago V4RS (UAE Team Emirates) : 16 000 €
  • BMC Teammachine SLR01 (Décathlon-AG2R La Mondiale) : 12 000 €
Des montants qui peuvent encore gonfler avec certaines options comme les roues ou les périphériques électroniques. Le summum étant atteint par les vélos de contre-la-montre, véritables Formule 1 du cyclisme, dont les prix culminent à plus de 25 000 euros ! Ainsi, le coût exorbitant des vélos du Tour de France reflète la technologie de pointe utilisée pour atteindre des performances optimales, que ce soit en termes d'aérodynamisme, de légèreté ou de rigidité. Bien que hors de portée pour la plupart des cyclistes amateurs, ces vélos représentent l'excellence en matière d'ingénierie cycliste et continuent d'inspirer l'innovation dans l'industrie du cycle.
Quels chemins emprunter pour faire le tour de l’île de Ré à vélo ?
Pression d’air dans les pneus de vélo : comment savoir si un pneu de vélo est bien gonflé ?

Plan du site