Comment choisir un vélo ?

Ce que vous devez considérer avant d’acheter le bon vélo de course, vtt ou vélo pliant.

Lorsque vous décidez d’acheter un vélo, tout un monde s’ouvre devant vous, varié et passionnant : explorer la planète des deux roues pour comprendre quoi et comment choisir est un plaisir pour les passionnés et non.

VTT, vélo de ville, vélo pliant ou de course ; taille du vélo, type de transmission, matériaux; et freins, cadre, matériaux accessoires, amortissement : il y a plusieurs critères à prendre en compte lors du choix d’un vélo et doivent être combinés entre eux pour arriver à la décision finale. Voici quelques conseils utiles pour choisir le vélo qui vous convient .

Comment choisir un vélo en fonction de la taille

L’un des éléments fondamentaux, mais souvent négligés, lors du choix d’un vélo est sa mesure basée sur notre taille.

Il existe 4 tailles génériques qui correspondent aux mesures de la monture : elles vont du XS (généralement pour les personnes jusqu’à 164 cm) au XL (généralement à partir de 183 cm). Mais il n’y a pas de norme officielle qui détermine quelle taille correspond à quelle hauteur, car chaque marque de vélo a ses propres références entre la taille du cadre et la taille d’un cycliste.

De plus, chaque maison utilise différentes tailles de tubes pour construire les cadres, ce qui signifie que nous devons porter une grande attention à cet aspect lors de l’achat d’un vélo, de tout type.

HAUTEUR D’ENTREJAMBE

Lorsque nous allons dans un magasin, nous devons avoir deux mesures précises en tête : la taille totale et la taille du cheval.

Et il faut essayer un vélo physiquement, comme on fait avec un pantalon, éventuellement en pédalant.

Un bon commerçant saura vous recommander la bonne taille de vélo, mais il est utile de rappeler la règle d’or : une fois en selle, en pédalant, la jambe allongée doit rester légèrement fléchie, afin de garder la poussée constante et ne pas pédaler à vide (ce qui devient problématique surtout en montée) alors que le genou de la jambe pliée ne doit jamais dépasser la pointe du pied. Sinon le vélo est trop petit.

TUBE HORIZONTAL

D’autres paramètres utiles pour identifier le vélo adapté à notre corps sont la longueur des bras et celle du buste. Ils sont utilisés pour identifier la taille du tube supérieur pour la meilleure « conduite ».

La taille exacte qui vous convient résulte de la combinaison du tube supérieur avec le tube vertical (la tige de selle, sur laquelle la selle s’adapte).

Montez en selle en adoptant la posture de votre style de conduite et essayez les différentes positions des mains sur le guidon pour trouver la position la plus confortable.

VÉLO DE COURSE : COMMENT LE CHOISIR

Compte tenu de la position que nous devons garder longtemps en selle, la taille du cadre est un aspect clé lors du choix d’un vélo de course. Mais il y en a d’autres tout aussi importants : les roues (et pneus) et la boîte de vitesses.

MATÉRIAUX : ALUMINIUM OU CARBONE ?

Même si vous n’êtes pas un professionnel, le choix du matériau de construction pour le vélo de course, ainsi que pour un VTT, est important.

Il est bon de savoir que l’une des plus grandes différences réside dans le poids : les cadres en carbone sont plus légers que ceux en aluminium, et en moyenne 3 à 4 kg sont économisés. Des fonctionnalités qui deviennent intéressantes lorsque vous parcourez des centaines de km par an.

Un vélo en aluminium est plus lourd mais offre toujours une grande résistance et durabilité et coûte moins cher qu’un vélo en carbone : il peut être un bon choix pour un vélo de tous les jours pour ceux qui ne recherchent pas la performance.

ROUES ET PNEUS

Le matériau fait également la différence dans les roues, notamment dans les jantes, où le carbone a l’avantage de la légèreté, par rapport à l’extrême solidité de l’aluminium.

L’autre composant des roues, les pneumatiques, peut être de différents types : boyau, tubeless et pneu.

Les boyaux sont ce type de vélo classique avec du caoutchouc à l’intérieur de la chambre à air.

Les tubeless par contre n’ont pas de chambre à air et doivent être montés sur des jantes étanches.

Les clinchers sont similaires aux boyaux en raison de la présence de la chambre à air, mais ils sont ouverts à l’intérieur et nécessitent un rebord de forme spéciale pour être insérés en toute sécurité.

L’ÉCHANGE

Le groupe d’engrenages détermine le type de transmission du vélo de course , indispensable pour ceux qui aiment les excursions sur route goudronnée.

Généralement, un vélo déjà monté et non construit ad hoc pour un cycliste possède un “paquet” de boîte de vitesses monomarque, dans lequel les composants sont conçus pour s’intégrer et fonctionner comme un seul élément : le jeu de pignons, les plateaux avant, la chaîne, les dérailleurs et les commandes pour les déplacer.

Les vélos de course les plus populaires aujourd’hui ont évolué pour avoir une transmission avec 2 plateaux avant, généralement de 42 à 50 dents et sont appelés compacts, et un jeu de pignons arrière (dont le nombre dépend du nombre de plateaux avant) de 10, 11 ou 12 vitesses.

Une chose à surveiller est le nombre de dents sur chaque pignon, afin de comprendre s’il convient à votre niveau de préparation cycliste et au type de sorties que vous faites habituellement.

Seuls les vélos de course vintage ont des leviers de vitesses positionnés sur le tube diagonal : dans les vélos modernes, les commandes qui règlent la transmission sont sur le guidon, intégrées dans le levier de frein, vous n’avez donc pas à bouger les mains. Si vous êtes habitué à un certain type de commande, vérifiez toujours l’indexation, c’est-à-dire la manière dont est géré le changement de vitesse, qui peut être différent selon les marques.

Comment choisir un vélo VTT

Freeride, Enduro, Descente, Cross Country, All Mountain : le monde du VTT est très large et varié.

En fonction de l’utilisation que vous en faites et de votre niveau d’expérience, il existe de nombreux modèles de VTT , avec des spécifications différentes.

VTT COMPLET OU AVANT ?

Le choix fondamental qui s’offre à vous lors de l’achat d’un VTT se situe entre un vélo complet ou avant : le premier (full suspendu) est amorti à l’avant et à l’arrière, le second (appelé hardtail) uniquement à l’avant.

Si vous êtes le premier achat et que vous utilisez le vtt pour vous déplacer en ville et pour faire de la saleté sur des chemins de terre et des chemins dans les parcs, un avant est suffisant, dans lequel l’amorti n’est que sur la fourche avant : plus léger, plus rapide et plus facile à manipuler.

Si au contraire vous êtes un coureur plus expérimenté ou si vous aspirez à l’être, si vous vous aventurez dans des sentiers plus exigeants et techniques en montagne, si vous aimez les sensations fortes de la descente tout-terrain, le choix de la full est presque un must : l’amortisseur arrière (appelé shock ) offre plus de douceur sur les terrains escarpés et accidentés, mais aussi plus de sécurité dans les descentes et plus de confort en général dans ces situations, en plaçant moins de poids sur le dos, les bras et les jambes.

QUELLES ROUES CHOISIR DANS UN VTT

Outre la taille du vélo, le matériau de construction et la boîte de vitesses, la taille des roues est très importante dans un vtt.

Si les 26 pouces sont de plus en plus rares chez les VTT adultes, désormais les tendances disent 27,5 et 29 pouces.

Les roues 27,5 sont très appréciées tant à l’avant que sur les vélos complets et sont un bon choix pour ceux qui achètent leur premier VTT : elles sont de la bonne taille pour se déplacer avec agilité et pouvoir surmonter presque tous les obstacles, surtout si vous font du trail et vont dans les bois ou dans les montagnes.

Les roues de 29″, plus grandes et plus lourdes, ont l’avantage d’être plus adaptées aux déplacements (elles ont l’empattement le plus long) et de donner de la sécurité en ville lors du pédalage sur des itinéraires moins exigeants comme l’asphalte et les chemins de terre blancs.

Gardez également à l’esprit la largeur : un pneu plus large adhère mieux au sol, mais en même temps résiste mieux au roulement et rend le vélo plus lent.

Vous pensez aux fatbikes ? C’est vrai, les vélos “grosses roues” ont exactement ces caractéristiques.

LES FREINS DU VTT

En VTT, les freins jouent un rôle particulièrement important parmi les critères de sélection. Les modèles de skate, ou V-Brakes, ne sont quasiment d’aucune utilité en vtt, mais si vous utilisez le vélo en ville et peu d’autre, vous pourriez être satisfait : ils ont l’avantage de la légèreté et d’un faible entretien.

Les freins à disque, désormais présents sur la plupart des VTT au moins sur la roue avant, sont plus sécurisants, notamment lors du freinage dans un espace réduit et en cas de pluie, boue, poussière.
Pour ceux qui pensent à un VTT complet pour descendre et s’amuser en montagne, les freins à disque avant et arrière sont la meilleure solution. Mieux encore s’ils sont de type hydraulique, qui demandent moins d’efforts physiques (ils peuvent être tirés avec le doigt) et freinent bien dans toutes les situations. Pour une utilisation moins intense, des mécaniques suffisent également, c’est-à-dire du câble.

Comment choisir un vélo pliant

Les vélos pliants connaissent un essor remarquable ces dernières années : ils sont pratiques, confortables, ludiques et sécurisants, idéaux pour la ville, les vacances et les trajets domicile-travail.

Bien entendu, ici les mesures comptent d’une manière particulière : si vous cherchez un vélo qui puisse être rangé dans la voiture ou placé dans un coin du bureau, vérifiez les dimensions d’un vélo pliant à la fois ouvert et plié.

Généralement ces vélos, de par leur structure, n’ont pas de tailles du S au XL comme les autres et doivent absolument être vus en direct pour évaluer un achat.

Ce faisant, vérifiez la course du tube de selle et l’extensibilité du guidon : ce sont les facteurs clés pour comprendre s’ils vous conviennent.

Pour être transporté dans les transports en commun, un vélo ne doit pas occuper plus de 80 x 110 x 40 cm.

Et comme tous les modèles ne répondent pas à ces dimensions, vous devez vérifier par vous-même qu’ils répondent à cette norme. En général, plus il est petit, plus il est facile à transporter.

SYSTÈME DE PLIAGE

Bien entendu, le mécanisme de pliage est l’autre aspect clé : le pliage doit pouvoir se refermer facilement sur lui-même, sinon il perd sa caractéristique essentielle.

Qu’il s’agisse d’un pli central ou d’un pli arrière, le système doit être lisse, rapide et bien pensé pour résister à l’usure.

L’arrière permet de ranger une ou les deux roues sous le cadre, ce qui facilite le transport du vélo en le faisant glisser sur le sol.

Quant au poids, on est dans un tout autre monde que celui des vélos de course, où le moins de grammes fait la différence.

Un bon vélo pliant , généralement construit en aluminium, pèse environ 15 kilos : pas peu, mais dans le calcul du poids il y a aussi de nombreux accessoires utiles pour transporter des sacs.

ROUES ET BOITE DE VITESSE

Attention aux roues : en pliage, elles influencent les dimensions et doivent donc être réduites par définition.

Les tailles les plus courantes sont 16 et 20 pouces, avec quelques variantes 18″. Les 16 ″ sont plus compacts, adaptés aux petits trajets en ville sur asphalte, parfaits pour réduire le vélo au minimum.

Les roues de 20 sont plus volumineuses mais offrent un roulement plus doux et surmontent mieux les rugosités, même sur des terrains accidentés.

Le changement, en revanche, compte moins que sur les autres vélos, au point que les pliants sont à une seule vitesse, pour les rendre légers et éviter les complications lors du pliage.

Cependant, dans certains cas, le vélo peut être configuré avec 2 ou 3 vitesses disponibles, utile pour faire face aux longues avenues et aux pentes.