C’est facile de choisir son vélo de ville : conseils

Voici les principales évaluations :

Le budget : les composants utilisés influent évidemment sur le prix. La boîte de vitesses dans le moyeu, par exemple, est plus chère car elle durera plus longtemps et vous permettra de changer même à l’arrêt. Le dérailleur avant est plus courant et moins cher, mais nécessite plus d’entretien.

Le nombre de vitesses : voici un autre élément qui a tendance à impacter le coût du vélo de marche, mais qui doit être évalué objectivement, pour un choix efficace. Si vous avez besoin ou souhaitez rouler dans des zones vallonnées, il vaut mieux opter pour 7-8 vitesses. Si vous habitez en plat, vous apprécierez certainement la simplicité des 3 vitesses, voire une seule vitesse.

 

 

Pour lui ou pour elle ? Choisissez le vélo de ville idéal

 

Vélo de ville pour homme

Si vous avez décidé d’acheter un vélo de ville pour homme, vous avez certainement plusieurs options, que nous décrivons ci-dessous pour vous orienter vers un choix adapté à vos besoins et, pourquoi pas, à votre goût.

Les vélos de ville pour hommes peuvent être des vélos classiques avec des cadres en acier à empattement long, des freins sur jante ou des freins à tige. Alternativement, pour satisfaire le goût vintage, les vélos hollandais pour hommes avec des cadres en acier ou en aluminium sont très efficaces, confortables et performants, ce qui frappe par la particularité du double tube supérieur , adapté pour transporter des sacs en cuir classiques, ou autre matériau sans cruauté. , avec crochet spécial. Les (vrais) vélos hollandais, produits en Europe du Nord, sont des vélos adaptés à toutes les conditions météorologiques, grâce au système de freinage intégré dans le moyeu avant , qui est normalement associé à une pédale de rétropédalage arrière. (freinage efficace même sur sol mouillé et pas de patins à changer), mais aussi grâce à la boîte de vitesses intégrée dans le moyeu arrière (zéro entretien et plus de chute de chaîne). Le système d’éclairage est connecté au moyeu dynamo, il ne sera donc pas nécessaire de penser à changer la batterie, ni à remplacer ou régler la dynamo externe, qui entre autre « freine » le pédalage. Bref, les vélos hollandais sont utilisables 365 jours par an et pédalables sans effort, grâce à la posture parfaitement droite, rendue possible par la position exceptionnellement haute du guidon. Ils ne conviennent pas aux chemins de terre, où l’insulte des irrégularités du terrain se déchargerait directement sur la colonne vertébrale, ni aux montées exigeantes qui nécessitent une posture de conduite plus inclinée vers le guidon. En revanche, ils sont parfaits pour les pentes modérées, notamment en options et 7 vitesses ou plus.

Ici, pour une utilisation en ville avec des montées et des descentes même exigeantes, ou pour une utilisation sur des surfaces mixtes/irrégulières, l’option la plus appropriée est le soi-disant ” vélo de ville ” pour hommes., directement dérivé du VTT, maniable et transportable, toujours équipé de feux et catadioptres (obligatoires), porte-bagages arrière, boîte de vitesses intégrée au moyeu, ou externe, selle large à hauteur réglable, garde-boue pour protéger les vêtements « urbains » et , dans les modèles à la ligne plus sportive (parfaite par exemple sur les pavés), équipés d’une fourche à suspension. Le carter protège contre la graisse de chaîne et le guidon est large et avec une “montée”, c’est-à-dire qu’il se plie et se lève vers le haut pour permettre au cycliste de rouler tout en regardant autour de lui dans la circulation. Attention : le code de la route impose également l’utilisation de la sonnette, qui n’est donc pas une option ! Le changement de guidon peut être un bouton (plus courant) ou un levier. Les roues de 26 ou 28 pouces(mieux à partir de 28 pour gagner en douceur et en vitesse), ils montent des pneus qui ne sont pas excessivement noueux, mais suffisamment sculptés pour “tenir” sur des surfaces mouillées ou inégales. Housses parfaites avec bande réflexe sur les côtés (pour mieux vous voir) et membrane anti-crevaison (un investissement qui s’amortit dans le temps). Le système de freinage le plus utilisé sont les V-Brakes , qui – s’ils sont de qualité – permettent non seulement un freinage efficace mais aussi modulaire.

L’article 68 du code de la route et le règlement d’exécution y afférent prévoient : un frein de roue, une cloche, un feu avant avec feu blanc ou jaune et un feu arrière avec feu rouge, deux catadioptres pour chaque pédale, un catadioptre par roue fixé sur les rayons et un arrière rouge. Obligations dictées par la prudence et le bon sens, à garder à l’esprit au moment de l’achat, puisque le matériel manquant sera alors acheté séparément.

Compte tenu du grand nombre de composants et d’accessoires d’un vélo de ville, il semble important d'”investir” dans un produit de qualité, car comme ça… on n’y pense plus.

 

Vélo de ville pour femme

Vous êtes une femme et vous souhaitez acheter un vélo de ville, mais vous ne savez pas quelle forme de cadre choisir, quels sont les matériaux de référence pour le cadre, quelles caractéristiques sont essentielles et lesquelles sont secondaires ? Voici un petit guide pour vous accompagner vers un choix conscient et pleinement satisfaisant.

Un vélo de ville doit être confortable, maniable, fluide, sûr par temps de pluie et de mauvaise visibilité, suffisamment bien monté pour ne pas vous trahir lorsque vous devez freiner brusquement, ou changer de vitesse dans la circulation sans que la chaîne ne tombe… Il doit être bas -niveau niveau d’entretien du vélo , puisque vous voudrez l’utiliser souvent (et volontiers), sans vous soucier du serrage, des réglages, des contrôles d’usure des composants, etc. etc.

Mais allons-y étape par étape… Comment vous habillez-vous ? Je veux dire : comptez-vous l’utiliser aussi avec la jupe ? Probablement oui… C’est pourquoi les vélos « femmes » ont un cadre avec un tube supérieur voûté/en pente , voire une entrée basse . Le choix dépend essentiellement du goût, ou d’éventuelles contraintes motrices (et dans ce dernier cas l’entrée basse est certainement l’option à privilégier). Les matériaux de référence pour le cadre sont l’ aluminium et l’acier , car la légèreté est secondaire à la résistance.

Alors que les vélos de tourisme sont monomarque ( singlespeed le nom anglais dominant), le vélo de ville monte la boîte de vitesses et a une ligne plus sportive, avec des roues de 26 ou 28 pouces et des pneus plus ou moins sculptés. Le guidon est placé à hauteur de selle, ou légèrement au-dessus, afin de permettre une conduite droite et donc un contrôle adéquat des mouvements des autres dans la circulation. La selle est large et confortable et les accessoires sont complets.

Les vélos de ville sont montés avec des vêtements urbains, ils sont donc équipés de garde-boue et de gardes ( garde -chaîne). Vous avez un goût minimal et préférez les lignes épurées, alors vous détestez les ailes et aimez voir le pédalier ? Parfait, on est sur la même longueur d’onde, mais comptez bien tremper vos vêtements si le sol n’est pas sec, ou s’il est poussiéreux, et sacrifier collants et pantalons pour enchaîner la graisse. Si vous n’aimez pas cette idée, vous apprécierez certainement les accessoires qui font partie de l’ADN d’un vélo de ville, dont le porte-bagages arrière , sur lequel vous pourrez attacher des sacoches de vélo, ou monter un panier confortable. Aimez-vous le panier avant? En fait, voulez-vous un vélo de ville précisément parce que le marché propose des paniers avant auxquels vous ne pouvez pas dire non ? Pas de problème, mais à ce stade, vous pouvez également envisager d’acheter un porte-bagages avant ou de choisir un vélo qui en a déjà un, peut-être dans la couleur du cadre.

Le tour d’horizon des composants d’un vélo de ville nous amène à évoquer les obligations légales (code de la route et règlements d’application associés) : les feux avant et arrière sont indispensables, ainsi que des réflecteurs sur la pédale, sur les roues et à l’arrière. Gardez cela à l’esprit lors de l’achat : un vélo « stock » équipé de tout ce que vous devriez autrement acheter séparément peut être, au final, plus « moins cher ».

Si vous avez peur de l’entretien ou si vous souhaitez maintenir les coûts d’entretien au minimum (pratiquement nuls) au fil du temps, vous pouvez opter pour un vélo hollandais  (réellement fabriqué en Europe du Nord) : le frein à rétropédalage arrière et le frein à rouleau ou à tambour avant ne nécessitent pas de remplacement périodique des plaquettes de frein (nécessaire sur les freins classiques à tirage latéral et les V-Brakes), la boîte de vitesses intégrée au moyeu (qui remplace le dérailleur saillant ) cela se traduit par zéro maintenance et plus de chute de chaîne, tout en offrant l’avantage de pouvoir changer même à l’arrêt. La dynamo intégrée dans le moyeu avant (la dynamo est le composant qui permet de faire fonctionner les feux avant et arrière grâce à la rotation des pédales) vous évitera d’avoir à penser à remplacer les piles des feux et, par rapport à l’extérieur dynamo, ne gênera pas la fluidité du pédalage.

Les (vrais) vélos hollandais sont exactement les vélos classiques que vous voyez circuler à Amsterdam : cadre « Oma » (c’est-à-dire « grand-mère »), que vous roulez avec un torse droit, parfait 365 jours par an et peut être maltraité sans conséquences. Entièrement équipés, également disponibles avec porte-bagages avant, dotés de roues taillées pour un usage urbain, ils fascinent aussi bien dans les versions en acier vintage que dans les versions en aluminium au look contemporain.

La meilleure option pour les citadins qui veulent rouler avec une détermination sportive et pour ceux qui doivent faire face à des montées difficiles, ou soulever le vélo sur des parties du trajet quotidien qui ne peuvent pas être pédalées, reste le vélo de ville classique avec cadre en aluminium , guidon moins haut et selle moins large par rapport au hollandais, un large choix de changement de vitesses et bien sûr des options complètes, pour ne plus y penser.