Voir et être vu : comment faut-il s’équiper pour faire du vélo la nuit ?

Parfois, vous n’avez pas le temps de vous entraîner sauf le soir, en raison des nombreuses tâches et responsabilités que vous occupez. Cependant, faire du vélo la nuit demande un certain nombre de conditions en matière de luminosité et d’équipements du cycliste. Malheureusement, de nombreux cyclistes négligent encore ces conditions, c’est pourquoi le nombre d’accidents dans ce type de situation augmente. Rouler à vélo la nuit n’est pas aussi dangereux si le vélo et le cycliste sont bien équipés.

Voir et être vu : feux et éclairages actifs

Il existe de nombreuses options pour votre éclairage sur le marché, certaines sont légalement obligatoires et d’autres sont des équipements recommandés facultatifs. Peu importe les trajets que vous effectuez à vélo, il doit obligatoirement être équipé de deux feux : un rouge à l’arrière et un blanc ou jaune à l’avant. Le premier point à considérer est le feu avant du vélo, la meilleure option est de le placer sur le guidon de vos deux roues. À cet égard, ne badinez pas sur la qualité, vous pouvez éventuellement circuler avec un éclairage vélo de 400 lumens si vous connaissez bien le chemin et que vous ne roulez pas trop vite, mais choisissez au moins celui à 800 lumens si vous voulez rouler avec une certaine vitesse. Lorsque vous circulez la nuit, un feu de position avant jaune ou blanc permet d’être vu et d’éclairer une large portion du chemin devant vous. Pour les lumières arrière, elles doivent être nettement visibles de l’arrière lorsque le vélo est monté. Certains de ces éclairages permettent d’être visible jusqu’à quelques centaines de mètres, ce qui est assez confortable. Si vous roulez régulièrement la nuit, il est préférable d’investir dans des lumières LED qui nécessitent un changement d’ampoule fréquent. Par ailleurs, elles permettent plusieurs modes d’éclairage tels que le clignotement, ce qui peut attirer davantage l’attention des automobilistes. À noter aussi qu’il est important de respecter les couleurs prévues : rouge à l’arrière et blanc ou jaune à l’avant. Circuler avec un feu rouge à l’avant est très dangereux et non conforme. Les feux supplémentaires, tels que des clignotants pour le changement de direction, des feux de stop ou des voyants de rayon, peuvent être nécessaires, mais ne sont pas des équipements obligatoires.

Signalisation : les catadioptres ou dispositifs rétro-réfléchissants

En complément à l’éclairage actif, le vélo doit être équipé de catadioptres pour une meilleure signalisation. Ces catadioptres fonctionnent par rétro-réflexion, c’est-à-dire des éclairages qui ne produisent pas de lumière. Ils se caractérisent plutôt par leur capacité à renvoyer les rayons lumineux en direction de la source qui les émet. Autrement dit, ils reflètent tout simplement la lumière qu’ils reçoivent. Éclairés par les phares d’une voiture, les catadioptres renvoient intensivement la lumière dans la direction précise du conducteur. Ils permettent alors de se rendre visible de loin et de réduire principalement les risques. Certains réflecteurs font partie des équipements obligatoires du vélo. La réglementation précise que tout cycle doit être muni de catadioptres avant et arrière. Un vélo doit également être équipé de catadioptres orange visibles. Les rayons et les pédales cales pieds du vélo doivent aussi être équipés de catadioptres de couleur orange. Pour vélo remorque, ce dernier doit également être munie d’un catadioptre s’il masque l’équipement arrière du VTT. Si la largeur de la remorque est supérieure à 1 m 30, deux catadioptres sont requis.

Être visible à vélo : équipements obligatoires pour le cycliste

Outre les éclairages à l’avant et à l’arrière du vélo, le cycliste doit être équipé d’un casque avec une lampe frontale. Cette dernière apporte un niveau supérieur de précision si vous souhaitez profiter pleinement des jolis chemins de la nuit. Pour cette lampe, ne prenez pas quelque chose de trop lourde qui pourrait bouger votre casque pendant les virages et les sauts. Sachez que certains casques peuvent directement intégrer des lampes LED. Pour apporter une petite touche à votre style de cycliste nocturne, vous pourrez également choisir des habits réfléchissants comme un gilet sécurité réfléchissant fluo. De plus, un brassard réfléchissant lecyclo et clipsables à porter aux bras et/ou aux jambes sont des accessoires permettant d’accroître la sécurité des cyclistes et d’attirer l’attention de l’automobiliste en raison du mouvement. Actuellement, il existe des vêtements intelligents conçus pour sauver des vies. Les caractéristiques notables de ces vêtements sont les LED qui y sont intégrés, combinés avec une application qui améliorera la visibilité par des jeux de lumière. Vous pouvez également opter pour des vêtements avec des technologies réfléchissants et des couleurs très flashy.

Maximiser la visibilité : les accessoires non-obligatoires

Pour que les autres usagers vous voient facilement, il est recommandé de porter des vêtements visibles et clairs, ou mieux encore, avec des bandes réfléchissantes. Un vêtement clair fonctionne par des reflets diffus. Éclairé par les phares d’une automobile, la veste ou le t-shirt du cycliste diffuse l’éclairage des phares dans toutes les directions. En particulier, la couleur blanche reflète toutes couleurs et absorbe moins de lumière. En revanche, avec un vêtement d’une couleur ordinaire, seules certaines couleurs d’une lumière renvoient l’éclairage. Pour améliorer votre sécurité, vous pouvez également porter un serre pantalon pour empêcher la transmission de votre vêtement qui pourrait vous déséquilibrer. Les accessoires de visibilité supplémentaires, tels que le dossard, les bandes réfléchissantes sur les sacoches, le cadre du vélo et sur les jantes, les pinces-pantalons réfléchissants, les réflecteurs de rayon et pneus réfléchissants sont également recommandés pour être mieux visible, mais elles ne sont pas obligatoires. Enfin, rien ne vous empêche d’équiper votre bicyclette de LED additionnels, notamment au niveau des roues et des pédales. Certains opteront pour un éclairage led plus classique et d’autres préféreront de beaux néons. Il existe de nombreux modèles de néon qui dessinent des formes lorsque vous roulez à grande vitesse.

Circuler à vélo la nuit : quelques conseils pour la sécurité du cycliste

N’oubliez pas que vous devez toujours considérer le type de chemins que vous allez emprunter. S’il s’agit d’un trail à plusieurs virages serrés, l’éclairage placé sur le guidon sera faible, car il n’éclairera qu’une petite portion du chemin devant vous. Pour mieux éclairer là où votre regard se porte, il est donc important d’avoir une lampe frontale sur votre casque. Pour plus de sécurité, vous pouvez équiper votre bicyclette d’accessoires additionnels. Une clochette ou un avertisseur sonore vous permettra d’avertir les autres cyclistes et les piétons de votre présence. Un rétroviseur peut être appréciable pour surveiller vos arrières et les dépassements des autres véhicules. Même si vous disposez d’un rétroviseur, faites quand même une vérification visuelle en regardant par-dessous votre épaule avant toute action. Il est également recommandé de vous équiper d’un écarteur de danger ou d’un drapeau sécurité pour écarter efficacement les véhicules trop entreprenants. Par ailleurs, le fanion horizontal installé sur le côté du vélo peut inciter les autres véhicules qui vous dépassent à garder une distance raisonnable et le fanion vertical à l’arrière permettra aux autres usagers de vous voir de plus loin. Pour transporter vos affaires de manière pratique et sécuritaire, il est préférable d’installer un panier ou un porte-bagages sur votre vélo. Avant de partir de chez vous, vérifiez toujours la pression des pneus, car un pneu mou nécessite plus d’efforts de pédalage et augmente les risques de bris et de crevaison de roue vélo. Il est important d’avoir des freins en bon état pour bloquer efficacement la roue arrière sur une chaussée plane, sèche et pavée.